Archives personnelles de Jean Rion ancien membre du Comité des Batisseurs de l'Eglise

jacques_d_arc         communaute_st_jeanne_arc          isabelle_rom_e    

Jacques d'Arc (père de Jeanne d'Arc)                                                 Isabelle ROMEE (mère de Jeanne d'Arc)   

1962 début du projet

depart_eglise_j_arc     eglise_j_arc_150219623         

Une partie du Comité des Batisseurs à Criquetot l'Esneval   

   Comit_Batisseurs_Criquetot1961

des membres du Comité des batisseurs Mrs BULTEL, R.RION, R.FUSS, P.TOLLEMER, J.BLONDEL, MARETTE

Vente de vignettes au profit de la construction

eglise_j_arc_timbres   eglise_j_arc_timbres1

 

Une fête pas comme les autres en Octobre 1964

unefetepascommelesautres_oct1964

Articles de la presse locale

eglise_j_arc_27071964          eglise_j_arc_9071964            chantier_eglise_ferier_64             

eglise_j_arc_poutres

1882 - 1982

LE PERE M. LAUGIER ET LE VAL SOLEIL

Rétrospective et Avenir!...

Il y a cent ans, naissaient l’homme et le quartier. Venu au monde le 26 Août 1882,à St Aubin lès Elbeuf, le Père Maurice Laugier était prêtre depuis quatorze années lorsqu’il accepta la responsabilité de fonder la paroisse-Ste Jeanne d’Arc au Havre Sanvic. C’était en 1920.

Le quartier du Val Soleil comptait alors quelques 3000 habitants. Jardins ouvriers et petits pavillons se partageaient paisiblement le terrain disponible, au pied du Fort de Tourneville qui demeurait alors zone de manœuvres militaires. Dans les cabanes de jardin, abritant outils et parfois jardiniers, on venait le dimanche avec le repas et les enfants, pour passer une journée ”à la campagne". La loi Lou­cheur permit à bien des familles ouvrières de construire là leur domicile.

Depuis 1909, une chapelle de secours, construite sur un terrain donné par Mr Guillard, était desservie par les prêtres de St Denis de Sanvic dont les Pères Boissey et M. Begouen Demeaux. Dédiée à la Bienheureuse Jeanne d’Arc, elle rassemblait chaque dimanche les fidèles du quartier pour la célébration eucharistique.

Ces chrétiens vont tout de suite accueillir leur nouveau curé, leur premier curé! Ils vont former avec lui, dans ce quartier qui se peuplait lentement mais sûrement, la nouvelle paroisse Ste Jeanne d’Arc. Les demoiselles du ”Clos Ste Anne”, recueillant dans leur maison de la rue Léon Duplessy des orphelines et des fillette délaissées, seront les premières assistantes paroissiales.

Tout ce qui peut permettre à des personnes de se rassembler est encouragé : des humbles travaux de sacristie aux groupes-de réflexion et de formation, en passant par la ”schola” - un peuple qui chante n’est-il pas un peuple qui espère? - Des cercles d’études vont naître ainsi que la ”milice chrétienne des jeunes filles” Des enfants se retrouvent dans l’association de 1’ Enfant Jésus, qui deviendra la Croisade Eucharistique ( aujourd’hui, le M.E.J.)

Homme de Foi agissante, le Père Laugier veut être disponible a toute la population, pratiquante ou non. Sa vie, fondée sur la célébration eucharistique, veut être un appel à servir. Pour lui, prier, ce qui ne veut pas dire rabâcher, c’est se tourner vers ce Dieu qui vient au devant de l’homme, et ne cesse de nous envoyer au service des hommes. A une époque où les catholiques se souciaient trop peu de la Pa rôle de Dieu, il invitait chacun à la méditation de 1’Evangile; et les réunions commençaient par un "partage" autour de l’évangile. Il savait que, dans le Christ, 1’ Homme et Dieu ne font plus qu’un inséparablement.

Mais le quartier se transforme, et bientôt apparaît le premier immeuble: le Parc d’Or. Il faut alors agrandir l’église et les salles. Un groupe artistique se forme qui permet d’organiser des représentations théâtrales. En essayant de boucler un budget qui s’accroît, ne faut-il pas en même temps former des jeunes, épanouir des adultes?

Les activités se multipliant.,, l’acquisition de l’ancienne ferme Lachèvre, qu’ il faut restaurer, va, permettre d’ouvrir de nouveaux locaux. Au cœur d’un grand terrain ombragé, où les enfants s’ébattent le jeudi, le ”Manoir” va commencer un long service qui n’est pas terminé. L’arrivée des Sœurs de St Aubin sera d’un précieux secours .

Avant l’existence officielle de 1’Action Catholique, tous les groupes sont orientés vers 1’Apostolat dans leur quartier ou leur lieu de travail. Un jeune sera prêt, dès 1927, à lancer au Havre la J.O.C. ( Joseph Cochard).

En 1933, c’est une Mission qui est organisée avec les Pères Franciscains.

Mais pour entrer en communication avec une population qui ne cesse de s’accroître, c’est un bulletin paroissial: ” Le Val Soleil” ,qui servira de lien. Les immeubles en effet se multiplient, ruë de la Cavée verte et rue Louis Blanc. Distribué à toutes les familles, le bulletin est parfois occasion de conversation entre gens différents qui, se connaissant mieux, apprennent à s’estimer. Que l’on vienne ou non à 1’église, chacun ne fait-il pas partie de la famille humaine?

Cependant, l’église de la rue Bossière est souvent trop petite, malgré les aménagements. Le Conseil Paroissial et 1’ Association ”Jacques Isabelle” nouvellement fondée ( dénomination venant des prénoms des .parents de Jeanne d’Arc: Jacques d'Arc et Isabelle Romée ) se penchent sur la question.« Construire une nouvelle église?

Oui il le faut. La Municipalité accepte de vendre un terrain à Bayonvilliers.

Des plans sont tirés, des dons sont versés, des dallas sont achetées (elles cons­tituent le sanctuaire de la., nouvelle église).Mais la guerre éclate; et ces dalles attendront 25 ans au Manoir.

Dans 1’épreuve la communauté serre les coudes. Entraide et partages s’approfondissent. Les nouveaux arrivants, plus rares mais aussi plus isolés, ont droit d’être accueillis comme les autres. Oh! bien sûr, comme dans toute organisation, il arrive qu'on s’accroche, et les caractères ne sont pas tous faciles; mais une ambiance familiale existe réellement, étonnant ceux qui passent.

C’est à cette époque que le Père Blandin, alors aumônier d'Action Catholique, aidera à la naissance du mouvement "Ames Vaillantes” dans le quartier, avec des élèves et jeunes enseignantes des Ormeaux qui se forment à la Centrale. Et 1!Archevêché de Rouen enverra le vicaire souhaité depuis longtemps. Plusieurs prêtres se succéderont, apportant leurs idées, et leurs aptitudes personnelles. Tous ne vont pas toujours marcher dans le même sens. Un même acte de Foi n’oblige pas tout le monde à-penser et agir de manière identique. Le Père Laugier n’a-t-il pas des idées trop avancées? Ne laisse-t-il pas trop de responsabilités aux chrétiens laïcs? Malgré les tensions, le Père Laugier laissera chacun exercer librement son ministère, même lorsque les conceptions seront divergentes.

La guerre n’étouffera pas la vie intense de la paroisse. L’inquiétude et la peur des bombardements feront place enfin à la détente. Le quartier a été épargné dans la ville meurtrie« Mais il y a tout de même quelques victimes dont un jeune séminariste ( Charles Liot)

La reprise avec ceux qui s’étaient réfugiés hors du Havre et les nouveaux venus se fera lentement. En attendant de pouvoir reconstruire une église ( il faudra 50 fois plus d’argent qu’avant la guerre!) un baraquement sera monté sur le terrain, pour donner une salle de réunion plus grande.

Les H.L.M. de Tourneville sortent de terre et le Père Laugier connaît la souffrance du pasteur qui ne pourra jamais plus connaître tout le monde; et cela d’autant plus que la population est mouvante en ces logements collectifs. Comment s’enraciner si l’on n’est là que quelques mois ?

Avançant en âge, le Père Laugier pense à partir. Plusieurs fois, Mgr Martin refusera son départ. Il assumera son ministère jusqu’en 1960. Faisant confiance de plus en plus à celui qui deviendra son successeur, le Père Laugier laissera au Père Ch. Bellanger, qui collabore avec lui depuis bientôt vingt ans, une église à construire et une communauté vivante, capable d’en assumer la charge.

Avant de "Passer de ce monde au Père" dans la Foi au Christ ressuscité, le Père Laugier aura la joie d’être présent à l’inauguration, de la nouvelle église; c’était le 2 Mai 1965. Le 14 Juin suivant, il mourra et son corps sera inhumé dans la nouvelle église.

1882 - 1982 Nous pourrons bénir le Seigneur, cent ans après la. naissance de Maurice Laugier, prêtre qui a su rayonner l’espérance et qui faisait confiance à l’homme. Nous chanterons ensemble 1’Eucharistie du Samedi 8 Mai prochain à 19 H. en la fête de Sainte Jeanne d’Arc, nous souvenant de lui, et professant notre Foi commune au Christ Sauveur de 1’Homme.

Le Père Charles Bellanger présidera la concélébration et donnera l’homélie.

Le Nom du Père M. Laugier sera donné à une aire de jeux couverte, édifiée sur le terrain du Manoir. L’inauguration officielle de cette Salle est fixée au vendredi 30 Avril, à 17 h. 30, au 12 de la rue Horace Vernet.

L’Association du Centre D’Animation du Val Soleil regroupe aujourd’hui des  foyers dynamiques et compétents. Elle tient à poursuivre la Mission de Service, dans l’esprit du Père Laugier. Elle manifeste sa. reconnaissance à celui qui a marqué leur enfance et leur jeunesse. VIVRE ET SERVIR, C'EST TOUT UN!

Jacques SOULE

Le 2 Mai 1965 Bénédiction de la nouvelle Eglise Sainte Jeanne d'Arc

eglise_j_arc_2051965      eglise_j_arc_2051965_2_modifi__1       

 

eglise_j_arc_inter_netb              eglise_j_arc_exter_netb

                  

eglise_j_arc_inter_couleur              eglise_j_arc_inter_couleur_autel

« Car cette Eglise, aussi simple qu'elle entende se présenter, aura sa personnalité. L'architecte n'a pu consentir à construire un grand édifice sans âme. Par la toiture s’appuyant solidement  sur la façade et l'angle Nord-Ouest et s'élevant peu à peu pour culminer à l’angle Sud-Est il a voulu suggérer la lente montée de l'homme vers l'Infini Amour. Par les vitraux composés de verres teintés étudiés pour permettre à la lumière de chanter pour les yeux, il a voulu faire éclater la joie des cœurs ardents de Charité. Par l'autel sobre et beau avec sa table de pierre et par la grande croix au Christ expressif qui fait corps avec lui, il a entendu rappeler que la vie ne peut triompher de la mort sans le sacrifice consenti par amour, que le bien ne peut l'emporter sur le mal sans l'effort tenace des individus et des sociétés. Par les poutres d'une harmonieuse audace en bois lamellé et collé dont les courbes contrarient ici la froide rigueur du béton, il a voulu affirmer que la technique la plus moderne peut aider l'homme à s'élever au dessus de soi-même. »

 

Charles Bellanger Curé bâtisseur de l’Eglise Sainte Jeanne d’Arc mai 1965

 

 

Calendrier Paroissial

calendrier_paroisse_041965

Article de Presse sur l'ancienne Chapelle

eglise_j_arc_ancienne

1972

Sans_titre_1

             


Rayonnement de la Communauté dans le quartier Val Soleil

la cour et le réfectoire du Manoir en 1977

la_cour_en_1977    refectoire_1977   

                        26 juillet 1978                 6 septembre 1979                  

26juillet_1978                  6sept1979

27 avril 1982                    4 mai 1982                  18 décembre 1983

27_avril_1982          4_mai_1984         18_decemb_1983 

29 mai 1984

29mai_1984

15 septembre 1984

15_sept_1984

12 décembre 1991

12decemb_1991                     12decembre_1991

 


 

Si vous possédez des archives pour compléter ce blog merci de me les faire parvenir

Blog de la solidarité dans le diocèse http://www.lehavreaide.canalblog.com

 

 

 

 

 

«